Tautologie autour de la violence et la société.

Une tautologie comme une façon de répéter la même idée de manières différentes.
C’est en lisant les nouvelles du jour qui n’ont rien de singulier, c’est de l’ordinaire, que mon penchant pour les aphorismes s’est penché un peu plus.
démoDéclarer après un acte violent « Plus jamais ça » ou « Je condamne fermement », est un aveu d’impuissance parce que ces paroles restent sans effet.
Un homme de pouvoir qui déclare souvent haut et fort qu’il condamne avec la plus grande fermeté un acte jugé inqualifiable, affirme sans le dire sa totale impuissance devant le fait.
Est-ce un monde toujours plus violent ou les médias qui filent à la seconde dans tous les recoins de la planète pour un effet d’ubiquité qui nous place au cœur de l’agression ?
Tant de violence m’attriste profondément. Le plus triste c’est que ma tristesse n’a aucune chance d’émouvoir… encore un état d’âme totalement inopérant.
Unir tous les états d’âmes de ce monde ne fait ni force ni union, tout juste de quoi se sentir en paix avec sa conscience.
De plus en plus subir les violences de ce monde. Devant ce fléau, l’homme se trouve impuissant comme devant tornades, tempêtes et cyclones… il attend que ça passe.
Cinquante ans de paix suffisent à faire oublier les horreurs du passé et chacun croit découvrir des horreurs nouvelles.
Tout se sait dans la seconde, tout se voit et tout se dit dans la plus grande immédiateté. Les ingrédients sont réunis pour créer la banalisation et le banal nourrit la routine.
L’accoutumance au banal conduit à la passivité et au fatalisme, plus rien ne bouge. C’est ainsi.
L’idée folle de vouloir réformer l’école est la plus sotte des utopies : on a l’école qu’on mérite, le parfait reflet de la société. Puisque des divergences existent sur les programmes d’aujourd’hui, elles influeront sur ceux de demain, un manège qui tourne sans savoir qu’il tourne en rond.
Soumise au poujadisme, au communautarisme et aux exigences de tout particularisme, la démocratie est bourrée d’explosifs destinés à la pulvériser.
Lorsque les revendications claironnent les droits en oubliant les devoirs et que la société plie sous les injonctions, c’est que la démocratie atteint ses limites.
Les hommes politiques ont tous de bonnes idées pour régler les problèmes de société, aucun n’y parvient.
Tout élu qui vise une réélection déclare avoir compris ses ratés et perpétue l’erreur qui consiste à croire que le salut vient d’un seul homme, providentiel.
La morale collective sans l’éthique personnelle n’est que ruine de la société.
Ouvrir un média à n’importe quel moment de la journée, c’est tomber sur un fait violent, à 90 %.
Pas un jour de l’année sans son coup de révolver.
Le monde est-il devenu fou  ou les fous font-ils ce monde ? Comme l’œuf ou la poule, l’un précédant l’autre et vice-versa nous voilà dans un cercle bien vicieux.

3 commentaires

  1. Relevé dans ce dernier texte (entre autres): « Cinquante ans de paix suffisent à faire oublier les horreurs du passé et chacun croit découvrir des horreurs nouvelles ».
    Je me fais souvent cette remarque ces temps-ci lors de conversations. Etrangement ne sont pas concernés seulement de jeunes gens n’ayant pas côtoyé de temps troublés. D’autres de nos générations manifestent ces symptômes.
    Longtemps j’ai vécu l’illusion que paix, progrès et démocratie s’accompagnaient d’une montée de la sagesse individuelle et collective. C’était une chimère du fils d’un peuple nanti comme le fut la croissance rédemptrice, l’école républicaine, la liberté d’expression et tant d’autres éléments exceptionnellement réunis dans l’histoire de l’humanité …
    à vous relire.

    J'aime

    1. Bonjour Gaëtan.
      Pour établir une comparaison. Lorsque j’étais en activité, j’avais remarqué que des jeunes enseignants semblaient découvrir des vertus à l’enseignement directif. Ils n’avaient pas connu l’enseignement ex-cathedra, eux-mêmes formés à la non directivité. Ils se sentaient moins débordés et croyaient inventer une pédagogie de la rigueur. J’appelais cela le balancier pédagogique qui passe d’un extrême à l’autre. Ceux d’un bout n’ont pas connu la pratique de l’autre bout. Une sorte de va et vient, de répétition éloignée dans le temps comme si l’évolution avait ses limites et ses nécessaires retours en arrière pour repartir de l’avant.
      Il n’est pas possible d’évoluer de manière linéaire toujours positive. Les effets pervers associés à toute nouveauté constituent des freins souvent imprévus car on ne songe que rarement à les imaginer avant le coup. Alors, on est surpris.
      Il faudrait agir sans cesse de manière implacable sur les travers, sans faiblesse, mais l’homme n’en est pas capable. Peut-être, aussi, que ces fissures sont nécessaires pour éviter une explosion plus grande encore…
      Merci pour votre commentaire, cela permet toujours d’aller un peu plus loin, au moins dans les idées car d’autres diraient volontiers « pour aller nulle part ».

      J'aime

      1. Votre illustration par ce que vous aviez observé chez vos jeunes collègues me parait efficace. Elle me parle d’autant mieux que j’ai participé à ces étapes de réflexion pédagogique dans le monde de la formation des adultes.
        Va pour continuer à cheminer de concert en bavardant. Effectivement les réflexions s’y approfondissent.
        A vous relire donc.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s