Chers amis,

Après une mauvaise nuit
Je dois prendre silence calami.

Toi qui es dans la beauté des choses
Ne touche point du bois
Tâte-moi, tâte-toi
Et profite du temps des roses.

La trotteuse est bonne trotteuse
Jamais ne fait la menteuse
Il arrive bien vite le temps morose
Toujours trop tôt, en virtuose.

Je ne sais point
Je ne sais rien
Un de ces quatre matins, peut-être
Reviendrai-je à la fenêtre.

Je vais prendre du recul
Un peu de repos sans calcul
En bon coquin, en histrion
Je vous le jure, reviendrai vite au balcon…

J’ai visité tant de galaxies
Avant de fouler l’ataraxie
Mais grande ou séduisante philosophie
N’est mieux que courir la vie.

Hier est aujourd’hui
Déjà s’est enfui
Rêver de lendemain
N’est qu’aventure vers l’incertain…

Coucou ! Attendez, je suis encore là !


Ce n’est rien qu’une tourterelle qui revient….

C’était cette nuit, en souffrance, écrit en mode stoïcien.
Cela va mieux et donc le contenu est caduc.
Plutôt que direction poubelle,

J’ai préféré rester rebelle 🙂

Publicité

16 commentaires

      1. Les cannes, j’en fus fabriquant.
        Je viens de faire un tour pour revisiter le texte « Les cannes de missiau » qu’est-ce qu’il a vieilli !
        Je vais le régénérer, merci de m’y avoir fait penser bien que ce ne fut point votre première intention, plus taquine.
        Une canne donc ? Pat’encore Gibu ! Pat’encore ! 🙂

        Aimé par 1 personne

  1. Je reviens du jardin, il y a eu des morts entre trop d’eau et vent.
    J’ai dû supprimer pas mal de plants mais certains semblent bien tenir.
    Si le calme revient, peut-être que ça ira…
    Quel vent toujours et quel travail en perspective !
    Les hiboux sont dans l’expectative 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Poubelle !!! je veux bien croire que vous n’êtes pas encore rétabli, cher Poète.
    J’adore ce poème ; il est vrai que la poésie, sans classicisme, est l’art d’écrire qui me va droit au coeur et l’emporte.
    En tout écrit l’auteur se dévoile et on se positionne face à lui.
    Philosophie ne peut elle pas être aussi bien que « courir la vie » ? Pour moi, oui, elle peut l’être tout autant, peut être bien plus, selon ce qui anime au fond le coureur. « Fouler l’ataraxie » ; pour moi, l’approcher, l’aborder, la cheminer … pied suprême ! « Amor Fati » mon voyage existentiel ! A mon âge, plus de prime jeunesse, me vient même l’envie saugrenue de tatouer ces mots dans ma peau, tellement ils auront été boussole de mon parcours conscient.
    L’échange se vit aussi par l’écrit : je ne pouvais retenir celui-ci , Mystère Simonu et me dévoiler donc un peu moi aussi.
    Je vais garder ce poème, peut être un jour, l’offrir à d’autres prunelles, avec le nom de l’auteur bien sûr, comme celui « Elle était toute chose … »
    Idem pour  » Les bisous », que je vais offrir à ma petite nièce de 12 ans ce 8 juin (sans objection de votre part?).
    Les belles sensations se partagent.
    Voilà en somme pourquoi, comme disait MM les Hiboux, … on vous kiffe !

    Aimé par 1 personne

    1. Ce que vous faites de mes écrits, n’est plus de mes compétences, chère Sylvie.
      Tout le plaisir est pour moi. Rendez-vous compte !
      Peut-être devrais-je, en lisant votre commentaire, revenir plus souvent à la poésie non académique, sans classicisme, dites-vous.
      J’y songerai !
      Bonne soirée 🙂

      J’aime

      1. 😉
        Pour m’évader un peu d’un ordinaire maussade, je regarde « RDV en terre inconnue », sur France 2.
        Peu de chance que je puisse m’évader réellement (moyens financiers, opportunités..) mais bon, « je fais avec ce que le ciel m’offre »… moi aussi. 😉
        A bientôt.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s