T’as pas cinq francs ?

Condamné au reblog, rebelote pour un sourire assuré.

Les choses de la vie

On ne traverse pas l’enfance ou l’adolescence sans rencontrer la sexualité.
Une rencontre qui peut laisser des traces, stigmates amers ou hédonisme affirmé, rarement de l’indifférence. L’effet de surprise peut être désastreux ou au contraire allumer une flamme qui vous éclairera toute une vie.

Je ne sais plus exactement, j’avais entre onze et douze ans (c’était bien cette période) et tirais une vie banale de petit garçon sage considéré comme un modèle à imiter. L’appât idéal  pour une âme malicieuse en quête de candide, le jouet tout indiqué. Mes préoccupations étaient les billes, le foot sur la place de l’église, taquiner les grillons dans le cimetière en les faisant sortir de leur terrier avec un brin d’herbe au sortir du printemps… rien d’extraordinaire.

Nous étions en plein été, j’étais en short lorsqu’une fille beaucoup plus âgée que moi, une femme déjà, m’aborda : « T’as pas cinq francs ? »…

Voir l’article original 696 mots de plus

7 commentaires

    1. Ah, Gys ! Si vous n’étiez pas là, je vous aurais inventée.
      C’est un plaisir de vous voir surgir le soir à la chandelle…
      Merci, je vous souhaite une très bonne soirée et surtout ne riez pas trop avant de vous endormir, vous risqueriez de tarder à tomber dans les bras de Morphée. 🙂

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s